ASPHALTE

Critique Cinéma de Victoria Mas

unnamed-10

 

Asphalte, tendres chroniques d’une banlieue

 

Dès le début du film, des rires secouent la salle obscure. La scène d’entrée n’a pourtant rien de spécialement hilarant : les occupants d’un immeuble de cité sont réunis pour voter les travaux de l’ascenseur régulièrement défaillant.

Les cadres sont sobres, les dialogues laconiques et pourtant, un ton décalé et ironique provoque au sein de l’audience des rires involontaires – et ce ne seront pas les derniers de la séance.

Dernier film du – rare – Samuel Benchetrit, Asphalte joue de cette même habile mise-en-scène déjà présente dans J’ai toujours rêvé d’être un gangster – une subtile balance entre l’absurde et l’émouvant, le pathétique et le comique.

Inspiré de son roman paru en cinq tomes, Les Chroniques de l’Asphalte (éditions Julliard), ce film au titre simplement réduit à Asphalte, narre les rencontres improbables de six personnages, trois couples, dans un immeuble de banlieue aussi sinistre que le ciel nuageux qui surplombe les toits.

On pourrait penser à Jim Jarmusch et son Coffee and Cigarettes pour ces vignettes d’individus fixes, où le moindre détail du décor compte ; mais Samuel Benchetrit a le talent d’éloigner les comparaisons et d’imposer son identité au sein d’un cinéma français qui en manque.

Avec des personnages aussi intelligemment écrits qu’interprétés, notamment par un casting cinq étoiles (une Isabelle Huppert solaire et touchante et un Gustave Kervern romantique et émouvant – entre autres), Asphalte se distingue des films actuellement à l’affiche de par une poésie et une grâce qui font, tout simplement, du bien.

unnamed unnamed-12 unnamed-11 unnamed-9 unnamed-6 unnamed-5 unnamed-3 unnamed-2

unnamed-1

Portrait d’une révélation : Jules Benchetrit

À la vie :

Jules Benchetrit naît en 1998 au sein d’une famille pour le moins artistique : son père est le cinéaste et

écrivain Samuel Benchetrit, sa mère la comédienne Marie Trintignant, ses grands-parents le comédien

Jean-Louis Trintignant et la réalisatrice Nadine Trintignant (on pourrait aussi rajouter que l’actrice

Anna Mougladis fut, un temps, sa belle-mère.) « Ils m’ont tous beaucoup inspiré, chacun à leur manière

», avoue Jules Benchetrit. Héritier d’une famille de talents et de passionnés, il n’est pas surprenant de

voir le jeune homme embrasser déjà une carrière de comédien.

À l’écran :

Jules Benchetrit fait ses premiers pas d’acteur devant l’objectif de son père, d’abord en 2010 dans un

court-métrage pour Yves St Laurent, puis en 2011 dans le long-métrage Chez Gino ; Liza Azuelos lui

offre ensuite un rôle dans Une Rencontre, mais Jules Benchetrit préfère « les plateaux de son père » ; il

le retrouve pour son dernier long-métrage Asphalte, où le jeune comédien donne la réplique à Isabelle

Huppert.

Asphalte:

Jules Benchetrit interprète Charly (un prénom qu’il s’est inventé, après avoir hésite entre plusieurs

autres), adolescent livré à lui-même par une mère absente. Il vagabonde dans un quartier tout autant

livré à lui-même, jusqu’à l’arrivée d’une nouvelle voisine de palier – une ancienne actrice qui a bientôt

atteint le fond, si ce n’est pas déjà fait. Le garçon va se prendre d’intérêt pour cette femme et l’amener là

où elle ne s’attend pas.

Samuel Benchetrit affirme que « à l’écran, [Jules] possède tout à la fois une violence qu’il met dans

son interprétation et une désinvolture incroyable.» L’Express évoque le « charisme insensé » du jeune

acteur ; il est « magnétique » selon le Nouvelobs, et Terrafemina parle d’une « star charismatique. »

Des éloges méritées pour ce jeune comédien qui, sans se forcer ni le chercher, s’impose comme une

évidente révélation à l’écran.

asphalte_affiche._cadrejpg

 

Asphalte

De Samuel Benchetrit

Avec Isabelle Huppert, Gustave Kervern, Valeria Bruni Tedeschi

Sortie le 7 Octobre 2015

Durée 1h40

Paradis Films Distribution

Sélection officielle Festival de Cannes 2015

 

#JUSTE MORE...